La Passion Pour l'Information

Coup d’état au Burkina : des manifestants mettent feu à l’ambassade de France (vidéo)

0

Les putschistes pensent que le chef de la junte, démis vendredi du pouvoir après un coup d’Etat militaire, préparerait une “contre-offensive” depuis “la base française de Kamboinsin”, un camp militaire proche de Ouagadougou, ce que la France dément.

La situation est de plus en plus tendue au Burkina Faso. En fin d’après-midi, samedi 1er octobre, deux institutions françaises ont été prises pour cible par des manifestants : un incendie s’est déclaré devant l’ambassade de France à Ouagadougou et un autre devant l’Institut français à Bobo-Dioulasso, selon des témoins dans cette ville de l’ouest du pays.

La confusion règne, après une déclaration de l’armée ne reconnaissant pas la prise du pouvoir, la veille, par des militaires qui avaient annoncé avoir démis le chef de la junte, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba. Dans sa première réaction depuis vendredi soir, l’Etat-major général des Armées a reconnu traverser “une crise interne”, mais précisé que les “concertations” se poursuivaient.

De leur côté les putschistes ont affirmé samedi après-midi dans une allocution télévisée que le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba préparait une “contre-offensive” depuis “la base française de Kamboinsin”, un camp militaire proche de Ouagadougou où des forces spéciales françaises forment leurs homologues burkinabè. Le ministère des Affaires étrangères français a “démenti formellement toute implication dans les évènements en cours depuis hier au Burkina”.

Le chef de l’ONU condamne “toute tentative de prise de pouvoir par la force”

Les Etats-Unis se disent “profondément préoccupés” par la situation et exhortent “les responsables à désamorcer la situation, à prévenir tout préjudice aux citoyens et aux soldats, et à revenir à l’ordre constitutionnel”, a déclaré le porte-parole du département d’Etat, Ned Price, précisant que les Etats-Unis “suivaient la situation de près”.

Quant au secrétaire général des Nations unies, Antonio Gutteres, il a “fermement” condamné dans un communiqué samedi “toute tentative de prise de pouvoir par la force des armes” au Burkina Faso, au lendemain d’un coup d’Etat dans le pays.

Le secrétaire général “appelle tous les acteurs à s’abstenir de toute violence et à rechercher le dialogue”, a déclaré son porte-parole Stéphane Dujarric. 

crossorigin="anonymous">

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More