La Passion Pour l'Information

“Le mot négociation en lui-même pose problème “, Aimé Agbokoun fustige la rencontre DGI – Les Démocrates

0

Afin d’obtenir leurs quitus fiscaux manquants comptant pour les législatives de 2023, le parti Les Démocrates effectue depuis ce lundi 14 novembre 2022 au matin, une rencontre avec le directeur général des impôts, Nicolas Yenoussi à la direction générale des impôts aux fins d’une négociation.

Mais Aimé Agbokoun, jeune acteur politique s’insurge contre cette manière de procéder pour l’obtention des trois quitus fiscaux. Pour lui, le mot négociation en lui-même pose problème déjà pour un parti se réclamant de l’opposition radicale.

Prétendue négociation des Démocrates avec la DGI : ce que j’en pense. À moins de 24h des 72h dont disposent les partis politiques désirant prendre part aux législatives de janvier 2022, nous apprenons que le parti les Démocrates se réclamant de l’opposition radicale serait en négociation avec la DGI aux fins de parvenir à un accord pouvant leur permettre d’obtenir les trois quitus restants afin de compléter leurs dossiers à la CENA.

Bien même que le mot négociation en lui-même pose problème déjà pour un parti se réclamant de l’opposition radicale, nous nous interrogeons sur la nature de cette prétendue négociation. Il nous a été annoncé en grande pompe de lourdes ardoises fiscales que les trois candidats n’ayant pas encore leurs quitus devraient aux fiscs.

Nous nous sommes indignés, en tant que citoyen et patriote, de ce que des candidats en situation irrégulière avec le fisc soient positionnés sur les listes. Puis, il nous a été avancé des arguments selon lesquels tout ceci ne serait qu’un montage grossier, une chicanerie politique afin d’exclure l’opposition. Les sommes avancées par la DGI seraient donc fausses.

Mais, si les sommes avancées sont erronées, pourquoi les intéressés ne le dénoncent pas publiquement en avançant les preuves des manœuvres obscènes et lugubres du pouvoir autocratique de Talon?
En quoi consiste cette négociation s’ils ne se retrouvent pas dans les sommes avancées ? Peut-on négocier avec un dictateur et s’en sortir ? Si les négociations n’aboutissaient pas, quelle serait la suite ?

Si nous ne sommes pas encore prêts à affronter Talon, il serait mieux de garder le silence jusqu’à ce qu’on soit prêt à lui tenir tête mais penser passer par les compromissions, les négociations et la ruse pour l’affronter c’est être dans une utopie éternelle.

Aimé Agbokoun

crossorigin="anonymous">

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More