La Passion Pour l'Information

Bénin : vers une poursuite judiciaire contre les auteurs de la violence sur Me Enock Chadaré

0

Le Barreau a animé un point de presse ce lundi 08 novembre 2021 à Cotonou pour apporter des clarifications sur les motifs ayant conduit à la grève de 72 heures lancée par l’ordre des avocats du Bénin. Dans leur déclaration, l’ordre des avocats du Bénin, a annoncé une poursuite judiciaire contre les auteurs de la violence sur Me Enock Chadaré.

Comme annoncé, les avocats ont effectué leur sortie médiatique ce lundi. À cette occasion, ils ont donné les raisons du boycott de toutes les audiences à partir de ce lundi 08 novembre 2021. Selon la déclaration de presse, lue par le Bâtonnier Me Oscar Ahounou, un de leurs confrères (Me Enock Chadaré Ndlr) a été molesté par la police, et ce comportement ne peut rester sans réaction du Barreau dont la tâche principale est d’assurer la protection des avocats dans l’exercice de leur métier.

A lire aussi : Justice : l’Ordre des avocats du Bénin appelle au boycott de toutes les audiences

Selon les faits rapportés par le Bâtonnier, l’avocat victime de violence policière, a été sollicité pour assister l’un des suspects arrêtés dans l’affaire de 2,5 tonnes de cocaïne. Mais il a été surpris de l’agissement des policiers qui ne lui ont pas faciliter la tâche dans l’exercice de sa profession.

« Il a été brutalisé, violenté, son téléphone arraché et lui-même conduit manu militari au commissariat de police d’Ekpè. C’est dans ces conditions que le confrère a été gardé à vue dans les locaux du commissariat d’Ekpè de 16 h 50 à 23 h 10, sans qu’aucune charge ne lui a été notifiée », a déclaré le Bâtonnier Me Oscar Ahounou.

A lire aussi : Bénin – Affaire 2,5 tonnes de cocaïne : Me Enock Chadaré molesté et gardé à vue

Après la descente du Bâtonnier de l’Ordre des avocats et d’autres confrères, l’avocat a été finalement relâché par la police. Pour Me Oscar Ahounou, cette situation qui s’est produit relève « d’une exceptionnelle gravité ». Il déplore ce comportement adopté par les forces de sécurité publique envers l’exercice de profession de l’avocat. « Ce qui est arrivé à notre confrère, nous paraît être le début de la légitimation des violences et de voie de fait contre l’avocat dans l’exercice de la profession, et partant de la ruine à terme de celle-ci », a-t-il déploré.

L’ordre des avocats du Bénin décident de poursuivre judiciairement les personnes qui ont été à l’origine de la violence subie par l’un de leurs collègues. Le mouvement général de boycott de 72 heures dans toutes les juridictions du Bénin est maintenu par les avocats.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More