La Passion Pour l'Information

Bénin : Les vraies raisons du retrait de la plainte contre Rodolpho Dah-Kindji

0

Le bureau de l’ONG Bénin Diaspora Assistance à travers son Président Médard Koudébi a retiré sa plainte contre Rodolpho Dah-Kindji et ses complices cités dans une affaire d’escroquerie. Le retrait a été acté ce mardi 17 août 2021 par correspondance N°00063/92/BDA/2021 du 10 août 2021 au Commissariat d’Agla et au procureur de la Criet.

Le mercredi 11 août 2021, Rodolpho Dah-Kindji a été arrêté pour escroquerie. Placé en garde à vue, il est en attente d’être présenté au procureur de la Criet pour escroquerie. Mais aux dernières nouvelles, la plainte a été retirée.

Selon le courrier consulté par triomphe Mag, deux points ont conduit à la décision de retrait de la plainte. Le premier point a été l’enquête sociale et morale menée auprès de plusieurs étudiants camarades de promotion de Rodolpho Dah-Kindji.

Pour Médard Koudébi, la seconde raison est que le rôle d’une ONG n’est pas de détruire l’avenir d’une jeunesse, mais de l’accompagner à s’améliorer et à sortir de ses difficultés.

Eu égard aux deux points ci-dessus exposés, le bureau de l’ONG Bénin Diaspora Assistance s’explique mieux la situation qui a sans doute conduit Olympass Rodolpho Vignon Dah-Kindji à se mettre en difficulté avec la loi au regard des faits qualifiés de tentative d’extorsion et abus de confiance notés dans la plainte du 10 août 2021.

Plusieurs demandes pour les mêmes cas

Prenant en compte la gravité de sa situation, l’ONG Bénin diaspora assistance a demandé à l’une des ONGs partenaires avec laquelle elle collabore au Bénin, précisément la Fondation OMOLOTO MERIADECK de bien vouloir déclencher une aide à cette personne au titre des indigents ; du fait que dans sa déclaration audio, elle informait qu’elle était orpheline de père et de mère et que toutes les tantes et oncles seraient au village.

Il précise avoir transféré à la fondation les photos de la dite malade et près de 4 ordonnances afin que diligence soit faite. “Nous avons par la même occasion saisie par message l’abbé ATTONDE Désirée actuellement directeur de l’hôpital Saint Luc pour lui demander de bien vouloir apporter assistance à cette famille qui déclare ne plus du tout avoir les moyens alors que sa sœur aurait besoin d’une transfusion sanguine d’urgence selon ces dires”, a expliqué la plainte dont une copie est parvenue à la rédaction de Triomphe Mag.

Mais c’était de l’escroquerie car, le directeur informe que le patient en question est sorti de l’hôpital depuis le 11 juillet 2021 et que la dame serait enceinte et son prochain rendez-vous de suivi médical est prévu pour le 31 août 2021.

Mieux, il dénonce que l’étude du dossier a montré que les mêmes documents ont déjà été utilisés pour un décaissement de plusieurs milliers de fond de leur côté en date du 30 juillet 2021 et que sincèrement c’est de l’arnaque.

Du guet-apens à l’arrestation

A en croire le Directeur, après avoir décaissé l’argent du 30 juillet 2021, il aurait envoyé les mêmes pièces du même dossier à l’un de leurs collaborateurs à Cotonou pour obtenir toujours de l’argent. Le plaignant affirme que quelques minutes plus tard, le même numéro l’a relancé tout en lui expliquant que sa carte d’identité est périmée et qu’il va lui transférer la pièce d’identité d’un proche à qui l’ONG fera rapidement un transfert.

C’est aux vues de ces événements que la police a été alertée. En effet, les coordonnées ont été envoyées à la police afin de le mettre aux arrêts. Comme le malheur n’arrive jamais seul, le plaignant sachant qu’il ne compte pas lui envoyer de l’argent lui a tendu un piège en le rassurant qu’étant occupé pour le moment et n’ayant pas le temps d’aller faire un transfert d’argent qu’un collaborateur va l’appeler à Cotonou pour lui donner 50.000 FCFA.

C’est au moment du retrait des 50.000 FCFA que la police républicaine a pu mettre à l’arrêt tout le réseau ce mercredi à 17 heures. L’ancien président de l’UNSEB en question a été placé en garde à vue à l’Office central pour la répression de la corruption (OCRC).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More